Conjoints d’artisan : victimes collatérales du phénomène de burn-out qui frappe le secteur de l’artisanat

Représentant bien souvent un véritable soutien au quotidien pour les différents acteurs de la profession, les conjoints d’artisan sont également profondément impactés par le phénomène de burn-out qui frappe le secteur de l’artisanat du bâtiment. Focus sur cet inquiétant syndrome d’épuisement professionnel et ses conséquences sur le quotidien des couples concernés.

Si le phénomène du burn-out dans le milieu du bâtiment et de l’artisanat est un fait de société désormais connu de tous car largement relayé par les médias, les observateurs spécialisés indiquent retrouver ces dernières années ces mêmes symptômes chez les conjoints d’artisan.

En effet, une étude menée en 2016 par la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) nous alertait déjà sur les risques de propagation de ce mal-être aux conjoints d’artisan et sur l’absence totale d’accompagnement proposé jusqu’alors aux victimes concernées.

Réalisée avec le concours de l’Iris-ST (Institut de recherche et d’innovation en santé et en sécurité au travail) cette enquête, menée auprès de 529 profils répartis sur toute la France, témoignait de la pression grandissante et particulièrement vectrice d’angoisses subie au quotidien par les conjoints d’artisan.

De nombreux facteurs de stress pour le conjoint d’artisan

Si l’apparition des statuts de conjoint collaborateur, conjoint salarié et conjoint associé aura participé à valoriser l’implication des femmes d’artisan dans le quotidien de l’entreprise et permis de renforcer l’estime de soi auprès de cette population bien précise de travailleurs, le baromètre de la Capeb livre néanmoins des chiffres particulièrement alarmants sur la dégradation du bien-être dans leur activité.

Ainsi, les femmes et hommes conjoints d’artisan ne seraient aujourd’hui pas moins de 55% à reconnaître être en proie au stress, au mal-être et au burn-out.

Cumulant la plupart du temps les responsabilités d’assistante de direction et la charge mentale de la gestion du foyer, les conjoints d’artisan se retrouvent bien souvent littéralement submergés par leurs obligations professionnelles et nourrissent alors le sentiment de ne pas être suffisamment disponibles pour leurs enfants. Ce sentiment de culpabilité contraint alors la plupart des conjoints d’artisan à consacrer presque la totalité de leur temps libre à leurs enfants et par conséquent à ne pas s’accorder de moment dédié à leur propre personne. La charge de travail quotidienne liée à leur activité, à laquelle s’ajoute le manque de temps à consacrer à leur vie familiale et à leur vie privée, sont ainsi identifiés comme les principaux facteurs du mal-être ressenti par la plupart des conjoints d’artisan.

Épouser la carrière et le stress du conjoint

Dans le cas plus précis des femmes d’artisan, le soutien professionnel que celles-ci apportent quotidiennement à leur conjoint est clairement désigné comme la première source de stress qu’elles subissent.

Assumant souvent seules la totalité des différentes charges administratives de l’entreprise afin de permettre à leurs conjoints de se concentrer sur leur cœur de métier, 57% des femmes d’artisan concernées par l’enquête de la Capeb révèlent que la gestion administrative de l’entreprise les inquiète et parasite fortement leur quotidien.

Parce qu’elles partagent également les angoisses liées au statut de chef d’entreprise de leurs conjoints, les femmes d’artisan indiquent également être profondément préoccupées par les soucis de trésorerie et le manque de visibilité sur l’avenir. Ces différentes angoisses liées à leur implication dans la gestion de l’entreprise occasionnent chez les femmes d’artisan une certaine lassitude et une fatigue nerveuse qui impactent considérablement leur santé physique.

La mise en place d’un soutien psychologique

Pour prévenir le plus efficacement possible ce phénomène de burn-out chez les conjoints d’artisan, différents dispositifs ont donc été mis en place ces dernières années. Un accompagnement social et un soutien psychologique sont désormais proposés aux conjoints d’artisan en situation de mal-être.

À ces dispositifs d’accompagnement encadrés par des psychologues cliniciens, s’ajoutent également différentes aides à la vie courante assurées par des assistantes sociales et accessibles par un simple coup de téléphone.

Rappelons également que si l’académie nationale de médecine a publié, dès 2016, un rapport dans lequel elle prend position pour la reconnaissance officielle de cette pathologie en maladie professionnelle, depuis la proposition de loi sur le même sujet portée la même année par Benoît Hamon, la question reste encore à trancher au plus haut sommet de l’État.

Vous êtes conjoint collaborateur,
Pourquoi se déclarer?

Pour quel statut et comment se déclarer ?

Toutes les informations et les démarches à suivre pour votre déclaration.

En savoir plus
BOITE à outils

Annuaire utile pour les femmes des artisans, Les actualités, Formation pour les femmes d’artisans, Documentation pour les femmes des artisans, Questions / réponses

en savoir plus