Les femmes représentent aujourd’hui 30% de l’emploi artisanal, soit environ 240 000 chefs d’entreprises, 490 000 salariés, 17 000 conjointes collaboratrices et 42 000 apprenties. Selon une étude ISM/U2P l’artisanat compte au total 730 000 femmes, tandis qu’une entreprise artisanale sur quatre est aujourd’hui dirigée par une femme. Un dernier chiffre qui a doublé en l’espace de trente ans, toujours selon l’ISM.
Autre chiffre parlant sur l’importance des femmes dans le secteur de l’artisanat, une femme d’artisan sur deux travaille avec son mari. Les femmes d’artisans sont donc très nombreuses à exercer aux côtés de leur conjoint dans l’entreprise. Elles seraient aujourd’hui environ 115 000 à s’investir au quotidien dans l’entreprise de leur conjoint en assumant différentes casquettes telles que secrétaire, assistante de direction, comptable ou gestionnaire, sans pour autant avoir de poste officiel.

Depuis la loi du 02 août 2005 et plus récemment encore depuis l’entrée en vigueur de la loi PACTE, les femmes d’artisans gagnent en reconnaissance et en protection sociale.

En France, les conjoints d’artisans qui s’impliquent dans l’entreprise familiale peuvent ainsi bénéficier d’un statut officiel. Ce dernier assure une reconnaissance du travail fourni et le respect des droits individuels du conjoint. Aujourd’hui, la loi intègre 3 statuts : conjoint-collaborateurconjoint-salarié et conjoint-associé. En fonction de votre situation professionnelle, du statut et de la structure juridiques de l’entreprise, de votre implication dans l’entreprise et de vos souhaits personnels (niveaux de protection sociale et juridique), votre choix de statut peut varier !